• Chapitre 3: Les armures noires et les chevaux hurlants

            Chapitre 3: Les armures noires et les chevaux hurlants


    Ombre serra les dents. Une nouvelle personne était morte pour un simple caprice des villageois qui se prétendaient respectables. Ses yeux restèrent secs, il regarda tour à tour les deux Maudites. L'une était endormie, l'autre morte.
    Il ne voulait pas annoncer la sombre nouvelle à la fille aux cheveux rouges. Son espoir s'était envolé.
    Le destin des Maudits est de mourir après tout. Ils le savent tous depuis leur naissance.
    Le garçon mit cette pensée de côté, comme toujours, et s'agenouilla devant la défunte.
    Il la prit dans ses bras, se releva et la jeta vers la fontaine.

    Quelques secondes plus tard, il se retournait vers Obscure et la saisit par la taille. Un dernière fois, il contempla la fontaine, avant de s'enfuir par les toits.

    La belle Glaciale avait prit possession de la fontaine, et siégeait au milieu de la place du village. Des dizaines d'épées entouraient le corps de glace et la protégeaient. Ses cheveux soyeux semblaient bercés par le vent, avec la cape qui dévoilait un pantalon et un tee-shirt déchirés.
    Un sourire vainqueur reposait sur son visage innocent, elle avait trouvé sa place en quelques sortes, bien qu'elle soit morte.

    ***

    Des villageois s'étaient cachés dans des coins de rues, un tout un groupe attendait à la sortie du village. Ombre eut un petit rire sombre et survola les habitations.
    Il avait prit soin d'emporter la carte du doyen. Et la lança sur l'un des humains avant de s'enfuir rapidement.
    Quelques-uns, plus rapides, tirèrent une salve de coups de feu, mais aucune des balles n'atteignit le garçon.
    Le vent soufflait de plus en plus fort, et Ombre souffla un peu en apercevant la forêt qui le couvrirait. Le kimono noir ne le réchauffait guère en ce mois de décembre mais les Maudits se sont habitués au froid, à force de voyager en plein hiver durant plusieurs jours.

    Obscure dormait toujours profondément dans les bras de Ombre. Ses rêves la menait une fois de plus vers la petite Lacie aux cheveux blonds.

    ***

    L'enfant était assise au bord d'un précipice qui tombait sur la mer agitée. Elle observait calmement les hautes vagues qui se brisaient sur les rochers pointus et imposants. Quelques mouettes dansaient dans le ciel bleu azur et piaillaient longuement. L'enfant arracha une pissenlit sur le lit de verdure et souffla sur la fleur blanche, les fines graines s'envolèrent et se laissèrent bercer par le souffle du vent
    Un grand bateau transperça majestueusement la brume, au loin. Le cœur de Lacie se mit à battre la chamade. Elle cligna plusieurs fois des yeux, les bateaux étaient devenus rares par ici.
    Elle se leva précipitamment, en manquant de trébucher et tomber de la falaise, mais ne s'en soucia guère.

    -Eh Lacie !

    Cette fois-ci, la petite tomba à la renverse et s'écroula dans l'herbe verte. La voix qui l'avait interpellée était à la fois douce et grave. Elle se releva, un peu penaude, et dépoussiéra vivement sa tunique verte. C'était Cyrha, une enfant, tout comme Lacie, sa peau brune brillait sous le soleil et ses longues tresses noires flottaient dans les airs. Ses beaux yeux noirs pétillèrent de malice et elle s'écria:

    - Toujours en train d'admirer ces pirates ?
    Lacie sourit, ravie qu'on évoque son sujet préféré et rétorqua d'une grosse voix:
    - Un jour, tu verras que je serais une grande pirate !

    Les deux filles ricanèrent ensemble et se dirigèrent vers la pointe de la falaise, c'est de ce côté qu'on peut le mieux observer la mer. Les grands oiseaux blancs qui volaient au-dessus des plaines se mirent à piailler et s'enfuirent plus loin encore.
    Aucunes des deux enfants ne se rendait compte de ce phénomène, et continuèrent gaiment leur route vers le pic. Le bateau se rapprochait de plus en plus.
    Un nuage gris vint s'interposer entre le soleil et les deux amies, comme pour les avertir d'un danger qu'elles ne voyaient pas.
    Le sol se mit à trembler violemment suivit de hennissements assourdissant. Elles sursautèrent de frayeur.
    Lacie et Cyrha jetèrent un coup d'œil vers la Cité, cachée par des haies d'arbres orangés, tout ce boucan venait de là-bas.
    Des milliers de soldats en armures noires dévalaient la colline sur leurs chevaux hurlants. Elle échangèrent un bref regard et, toutes deux, se précipitèrent vers la colline mordorée sans perdre de temps, affolées.
    Dans sa course, Lacie perdit ses sandales en cuir qu'elle n'avait pas eu le temps de fermer et s'arracha la peau sur des ronces saillantes. Elle s'écrasa dans un tas d'herbes et hurla de douleur.

    Des coups de feu résonnèrent dans leurs tympans et dans les secondes qui suivirent, la colline s'enflamma, créant un nuage de fumée qui assombrit de plus belle le paysage.
    Quelques assaillants s'enfuyaient encore de la forteresse en flammes.
    Cyrha aida son amie à se relever.
    Elles n'avaient ni vu ni entendu quoique ce soit, et même si elles n'auraient rien pu faire de toute façon, elles s'en voulaient.
    Les joues de Lacie s'enflammèrent de colère et elle poussa un juron en accélérant son allure et elle distança rapidement Cyrha, alors que sa blessure la faisait souffrir au plus haut point, mais peu lui importait, c'était à peine si elle comprenait ce qu'il se passait.
    Elle ferma les yeux et utilisa ses dernières ressources.

    Des nouveaux soldats sortaient de la cité, l'un d'entre eux repéra les deux petites filles.
    Cyrha, qui était un peu plus âgée et qui avait un sens de l'observation plus développé remarqua le soldat dans son armure noir corbeau qui les fixait et qui se dirigeait vers elles.
    Elle redoubla à son tour d'efforts pour rattraper son amie qui courrait aveuglément en tête et se placer devant elle.

    Soudainement, quelque chose vint lui attraper les pieds et elle bascula en avant. Un filet fut jeté sur le corps et resserré sur elle, en s'enfonçant dans la belle peau brune. Sous ses yeux impuissants, elle vit Lacie se faire percuter par le cheval du soldat qui les observait auparavant.

    ***

    Obscure poussa un gémissement et se débattit dans les bras d'Ombre qui l'avait transporté . Elle revint à elle en heurtant la neige qui lui glaça les membres.
    Le garçon la regardait, ses joues était rouges et ses lèvres bleues. Il ne s'intéressait pas à elle et continua nonchalamment son chemin.
    Sans comprendre quoique ce soit elle observa les alentours. Le village et la forêt de pins n'étaient nulle part, et Glaciale n'était pas avec elle.
    Il n'y avait que le garçon, des montagnes et des arbres, le tout, couvert de neige.

    Elle tenta de parler, mais seuls quelques bégaiements sortirent de sa bouche. Son corps se mit à trembler tandis que des images revenaient à elles. Même si la jeune fille ne parvenait pas à trier les évènements entres eux. Qu'est-ce qui faisait partit de son rêve ?

    Sans se retourner, Ombre prononça d'un voix grave:
    - Ton amie est morte.

    Les paillettes dorées se mirent à danser comme des feux follets dans ses yeux jaunes et sauvages. Une larme brûlante coula le long de sa joue.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :